Ce site utilise des cookies. En continuant à naviguer sur le site, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus sur l’utilisation des cookies.

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close

rencontre

Le shopping durable existe-t-il réellement?

Deuxième jour des tables rondes ‘Tafelklap’ de la Banque Triodos aux Fêtes gantoises. Nous abordons sans tarder un thème assez controversé : la durabilité dans l’industrie de la mode. Les consommateurs sont-ils conscients du nombre d’achats qu’ils effectuent et surtout de ce qu’ils achètent réellement ? Autour de la table, nous accueillons deux femmes énergiques de l’industrie : Sylvie Van Acker, Sustainability Manager chez H&M, et Olga Van Genechten de Supergoods, magasin de mode éco et équitable.

Commençons par les résultats d’un sondage réalisé à la table de Tafelklap : près de 60% de nos invités estiment que les prix de nos vêtements sont trop bas.

 

Casser les préjugés

“La durabilité, c’est un concept pour les hippies et les babacools”. “La durabilité coûte cher”… Autant de préjugés auxquels nous sommes confrontés tous les jours,” souligne Olga Van Genechten de Supergoods. “Et c’est là que les choses doivent changer.” Des articles de mode durables, attrayants et abordables débarquent progressivement sur le marché. Et malgré l’attachement des consommateurs aux marques, les mentalités évoluent doucement. “Les gens sont effectivement prêts à payer un peu plus”, confirme Sylvie Van Acker de H&M. “La part de marché des collections durables, telles que CONSCIOUS chez H&M, augmente chaque année, mais il y a encore beaucoup de potentiel.”

 

Surconsommation ou surproduction ?

“Les gens n’achètent-ils pas tout simplement trop de vêtements ?” se demande ouvertement Olga Van Genechten. Le public répond immédiatement par une autre question : “Le problème se situe-t-il au niveau des consommateurs ou de la production ? Auparavant, il n’y avait qu’une collection d’hiver et une collection d’été. Aujourd’hui, les magasins comptent parfois jusqu’à six collections différentes. La production ne dépasse-t-elle donc pas ainsi les besoins des consommateurs ?”. Nous avons quasiment tous déjà vécu ce genre de situation : on achète un beau pull, on le porte plusieurs fois, et puis, il atterrit sur une étagère à côté d’autres vêtements que l’on ne porte plus. Pourtant, pendant les soldes, nous achetons tous un nouveau pull. “Nombreux sont les consommateurs qui achètent des choses dont ils n’ont pas nécessairement besoin“, explique Olga Van Genechten. “Je les renvoie alors chez eux. Et ils reviennent souvent à plus long terme pour un autre vêtement. Diminuer le prix des légumes pour inciter les gens à les acheter avant qu’ils ne se gâtent se justifie, mais les vêtements, eux, ne deviennent pas avariés du jour au lendemain.”

“C’est mon objectif : le long terme, car les vêtements ne ‘pourrissent’ pas”.

Olga van Genechten, du magasin de mode Supergoods

 

Mais comment faire du shopping durable ?

Pour conclure cette discussion en beauté, nos invitées donnent quelques conseils au public pour faire du shopping durable:

  • Pensez à ce dont vous avez vraiment besoin. “Vous devez prendre le temps de réfléchir : qu’ai-je déjà et avec quoi vais-je assortir ce vêtement ?” explique Olga Van Genechten.
  • Vérifiez si le vêtement a été fabriqué avec des matières durables. “Contrôlez l’étiquette”, conseille Sylvie Van Acker. “Normalement, vous devriez pouvoir lire si l’article a été ou non fabriqué à partir de matières durables ou recyclées.”
  • Prenez soin de vos vêtements. “Vous ne devez pas laver et repasser votre blouse à chaque fois que vous la porter. Il suffit simplement de l’aérer à l’extérieur, par exemple.”, observe Sylvie Van Acker. “Ainsi, vous pourrez conserver vos vêtements plus longtemps.”
  • Pensez à ce que vous allez faire de vos vêtements lorsque vous ne les porterez plus. “Rapportez-les dans un magasin de seconde main, recyclez-les ou donnez-les”, disent nos invitées. “Beaucoup trop de gens jettent tout simplement leurs vêtements. C’est tout simplement honteux !”

 

Photo: Lies Warlop

Que pensez-vous de "Le shopping durable existe-t-il réellement?"?

Veuillez écrire un commentaire.

Veuillez introduire votre nom.