Ce site utilise des cookies. En continuant à naviguer sur le site, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus sur l’utilisation des cookies.

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close

rencontre

Retour sur le succès d’une boucherie végétarienne

The Vegetarian Butcher à La Haye

The Vegetarian Butcher à La Haye

Des produits culinaires surprenants, de haute qualité, adaptés à tous et à toutes sortes de plats. Ils contribuent au développement durable et sont beaucoup plus sains. La saveur est au cœur des préoccupations et ça se goûte ! Les critiques gastronomiques le confirment en affirmant que les produits sont : « Plus juteux que le poulet, plus tendres que le cochon ». Partons à la découverte d’une boucherie à base de légumes.

La Boucherie Végétarienne est un projet de Jaap Korteweg, Marco Westmaas, Rob van Haren et Nico Koffeman. Jaap Korteweg est agriculteur biologique, Marco Westmaas est chef cuisinier et Rob van Haren est directeur de Kiemkracht. Niko Koffeman a conçu le nom The Vegetarian Butcher. Ils se sont retrouvés dans l’idée de proposer des substituts à la viande, étonnants dans la structure, la texture et le goût. Leur idéal est de faire en sorte que les mangeurs de viande ne ressentent pas de manque en supprimant la viande pendant un ou plusieurs jours.

 

Quel défi ce projet devait-il relever ?

Jaap Korteweg, exploitant d’une ferme biologique, a commencé ce projet de boucherie végétarienne il y a près de dix ans, motivé par l’idée d’exclure les animaux de la chaîne alimentaire. Il s’est rendu compte que nous élevions des animaux dans un seul objectif : les manger. Les animaux sont souvent considérés comme des « machines de production de viande ». De plus, un élevage intensif engendre régulièrement des crises, telles que les épidémies de grippe aviaire ou de peste porcine, induisant de vastes programmes d’abattage.

Ces problèmes peuvent être évités, car, selon Jaap Korteweg, les animaux ne sont pas nécessaires pour produire de la viande. Le projet Vegetarian Butcher permet de produire de la viande végétale. Mieux encore, il produit des saucisses, des boulettes et des croquettes à partir d’ingrédients végétaux – mais ayant la saveur et la structure de la viande.

 

En quoi l’approche du projet est-elle innovante ?

Le projet Vegetarian Butcher est un exemple classique d’une activité innovante, et ce, tant dans les recettes des produits que dans leur mode de commercialisation. La boucherie prépare les substituts à la viande à partir des graines de lupin et de soja afin de produire des fibres étant « fermes sous la dent ». Voilà les ingrédients principaux des produits qui fournissent la saveur de la viande.

L’entreprise s’est classée en troisième position au concours de la Gouden Gehaktbal organisé par un quotidien national néerlandais et rassemblant 43 participants ayant utilisé de la vraie viande. Le projet Vegetarian Butcher connaît une progression exponentielle. Les produits sont largement distribués et sont disponibles dans les rayons des magasins de produits alimentaires biologiques et des supermarchés classiques aux Pays-Bas.

 

Quel a été l’impact de la Banque Triodos sur ce projet ?

La Banque Triodos a financé la construction et l’équipement de la Vegetarian Butcher Factory à Breda depuis le début de l’année 2017. Jusqu’à ce jour, l’entreprise sous-traitait la production de la viande végétale à des sociétés tierces. Mais, en raison de sa croissance rapide, il est essentiel que la production soit gérée par l’entreprise même. C’est ce qui a justifié la construction de la nouvelle usine, qui a ouvert ses portes en 2017. Outre le prêt accordé par la Banque Triodos, l’entreprise a également organisé une campagne fructueuse de financement participatif qui a permis de récolter 2,5 millions d’euros pour la construction de l’usine.

 

Quel est l’impact du projet sur le secteur ?

Jaap Korteweg est un entrepreneur à succès dont l’influence, en sa qualité de « boucher végétarien », inspire le secteur agricole et alimentaire. En bref, il a débuté comme agriculteur biologique dans une entreprise familiale qui a été transmise de père en fils depuis des générations. Mais il poursuivait un rêve : produire de la viande végétale. La croissance de ses activités a convaincu d’autres agriculteurs biologiques qu’il est possible de réaliser un rêve avec une bonne dose d’inspiration et beaucoup de travail. Cette inspiration est essentielle dans un secteur souvent conservateur et protectionniste.

 

Quel est l’impact du projet sur la société ?

La pression écologique induite par la production de viande est plus importante que celle gérée par les cultures. Les bœufs, les porcs et la volaille, pour ne citer que ceux-là, engendrent d’énormes excédents de lisier qui polluent les sols et les eaux souterraines. Les exploitations avicoles rejettent également de gros volumes de particules fines qui polluent l’air et sont nocives pour la santé publique. La production de viande végétale génère donc une valeur ajoutée substantielle si l’on se place dans une perspective sociale. Elle permet simplement d’éviter des problèmes importants.

 

Comment la Banque Triodos partage-t-elle votre vision dans le cadre de ce projet ?

La Banque Triodos finance les entrepreneurs qui travaillent avec leur cœur et leur tête. Jaap Korteweg en est un excellent exemple. Il poursuit un idéal social : produire de la viande saine d’une manière respectueuse de l’environnement et des animaux. Il est parvenu à atteindre son idéal. Cette association de l’idéalisme et du pragmatisme correspond parfaitement à la mission et à la vision de la Banque Triodos.

 

www.devegetarischeslager.nl

 

Que pensez-vous de "Retour sur le succès d’une boucherie végétarienne"?

Veuillez écrire un commentaire.

Veuillez introduire votre nom.

devleminck Il y a 4 semaines

et rien en Belgique ?

Reply to devleminck
Banque Triodos Il y a 4 semaines

Bonjour, la liste des points de vente est disponible sur leur site : https://www.devegetarischeslager.nl/vind-ons/verkooppunten. En Belgique, vous pourrez notamment les trouver dans les supermarchés Albert Heijn et Delhaize.

catherine devresse Il y a 4 semaines

un article intéressant et une question…face à la composition quasi unique des produits proposés ( soja) …est-ce durable et équitable pour l´Europe ?

Reply to catherine devresse
cfunari Il y a 3 semaines

Bonjour Catherine,
Le soja en soi n’est pas fondamentalement un produit non durable. Le boucher végétarien en question utilise d’ailleurs du soja issu de l’agriculture biologique. Ce sont les immenses plantations de soja, destinées à 85% à l’alimentation animale, qui ont un impact considérable sur l’érosion des sols, la consommation d’eau ou l’usage de pesticide. La boucherie végétarienne répond donc à cette problématique de deux manières : d’une part elle ne propose pas de viande dans ses étalages et d’autre part elle n’utilise pas le soja de manière intensive pour nourrir des animaux.
J’espère ainsi avoir répondu à votre question.
Belle journée,
La Banque Triodos