Ce site utilise des cookies. En continuant à naviguer sur le site, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus sur l’utilisation des cookies.

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close

dossier

Un patrimoine industriel transformé en lofts écologiques

L'avant-port de Gand

L'avant-port de Gand

A Gand, Locus Developments rénove les entrepôts de coton de l’avant-port historique. Loods 20 hébergera bientôt des dizaines de logements et de vastes espaces de bureaux. C’est la Banque Triodos qui finance ce projet, parfaitement en phase avec sa vision en matière d’immobilier durable.
Dirk Valvekens est tombé amoureux en 1990. L’objet de sa passion : les entrepôts de coton de l’avant-port de Gand et ceux de la rue de New York, situés à deux pas. À l’époque, les bâtiments en question se trouvaient dans un piteux état. Le quartier était en déclin, et les habitants désertaient. A contre-courant de toute logique économique, Dirk a décidé d’y lancer un projet résidentiel, composé de lofts et d’espaces de bureaux. Il avait lui-même envie d’habiter un loft avec son épouse Ann Van Gysel, une motivation de plus pour se lancer.  

Voués à la démolition
L’histoire de l’avant-port a commencé à la fin du 19e siècle, lorsque Gand était l’une des plus grandes villes du textile en Europe. Les entrepôts étaient destinés à stocker le coton. Mais avec le développement du port, ils ont été implantés de plus en plus loin dans les terres, en dehors du domaine portuaire. Ils y ont alors rempli leur fonction initiale durant trois décennies seulement. Les entrepôts étaient ensuite voués à la démolition : à la fin des années 1980, l’un des six bâtiments a été détruit et un deuxième s’est effondré quelques années plus tard. L’ensemble devait être sacrifié au profit d’une zone pour les PME.

« Vivre et travailler en ville est le credo de Locus Developments. Les espaces non bâtis devraient être réservés à la nature, aux loisirs et à l’agriculture. »

Dirk Valvekens, CEO Locus Developments

 

Dirk Valvekens, qui voulait absolument empêcher la démolition, a trouvé une oreille attentive auprès du Capitaine André De Wilde, de l’Autorité Portuaire. Ensemble, ils ont entamé une longue série de négociations avec la Ville de Gand. Grâce à l’aide d’un voisin, Walter Blomme, la protection de l’avant-port a été décidée en 1996. Avec ses 15 bâtiments, dont les quatre entrepôts ayant subsisté, l’avant-port est devenu la plus grande zone protégée de Gand. En 2002, au terme de douze ans de négociation, la Ville a cédé une partie des terrains et des bâtiments et Locus Developments pouvait enfin mettre ses plans à exécution. Biologiste de formation, peu expérimenté dans l’immobilier, Dirk s’est laissé conseiller par un ami architecte. Ils ont signé les plans ensemble, d’abord pour les entrepôts de la rue de New York, ensuite pour les autres. Ils se sont inspirés du travail des architectes du bureau londonien Form Design, qui avaient conçu les Docklands dans la capitale britannique.

Le charme accessible
L’avant-port est un lieu caractérisé par la lumière, l’eau et l’espace. Locus Developments transforme les entrepôts en logements et en bureaux. Dans Loods 22, 24 lofts spacieux ont été aménagés, au-dessus de 17 espaces de bureaux, dans lesquels travaillent quelque 200 personnes dans une atmosphère créative propice à l’incubation d’idées. Loods 20 hébergera lui aussi des bureaux à l’étage inférieur, mais les logements seront aménagés totalement différemment : l’espace sous toiture sera divisé en unités de 50m² chacune, disposées autour d’un espace ouvert offrant de nombreux services communautaires.
Dirk Valvekens : « Nous avons déjà construit plus de 50 grands lofts. Mais proposer aussi de plus petites unités à la vente répond à un besoin. Gand compte de nombreux étudiants qui continuent à habiter et à travailler en ville après leurs études. Un nombre significatif de personnes souhaitent également expérimenter de nouveaux modes de cohabitation en famille. L’offre immobilière actuelle n’est pas toujours accessible pour cette population. Ces petits lofts au sein de Loods 20 sont fantastiques à leurs yeux car ils rendent un premier achat possible. Le projet répond à un réel besoin sociétal. Cela a  également redynamisé le quartier Muide-Meulestede sur le plan économique. Les nouveaux habitants et travailleurs renforcent le tissu social dans une zone en perte de vitesse malgré son riche passé et son charme indéniable. » Sur le plan énergétique, l’avant-port est en phase avec son époque : « Nous voulions que l’ensemble du site protégé, qui couvre quelque 3,5 hectares, soit neutre d’un point de vue énergétique, grâce à la géothermie et aux panneaux solaires. C’est une première en Flandre, et le projet cadre parfaitement avec les ambitions de la Ville de Gand », explique Dirk Valvekens.

« Un bâtiment peut représenter beaucoup pour une communauté : le rendement n’est pas que financier. L’avant-port génère aussi un bénéfice social, culturel et environnemental.»

Didier Léon Manager Real Estate à la Banque Triodos

Un partenaire financier qui croit en vos rêves
Trouver un financement pour le projet Loods 20 n’a pas été facile : les banques et les investisseurs n’ont que faire des rêves, alors que tant de passion et d’enthousiasme ne demandent qu’à se révéler. A contrario, la Banque Triodos a complètement adhéré à l’histoire, car le projet cadre avec sa vision de l’immobilier. Didier Léon, chargé de relation pour la Banque Triodos : « Un bâtiment peut représenter beaucoup pour une communauté. C’est le cas de l’avant-port : ce patrimoine est protégé et intégré à la vie quotidienne, le quartier revit, il accueille des entrepreneurs et des habitants de tous âges et respecte en outre des critères énergétiques stricts. Le rendement n’est pas uniquement financier. L’avant-port génère aussi un bénéfice social, culturel et environnemental. »

 

 

Des bâtiments de qualité à l’épreuve du temps: une nécessité

Alors que l’immobilier continue de garantir un rendement financier, ce secteur est aussi un élément clé de la transiton vers une société axée sur le bien-être et les besoins des générations actuelles et futures. La Banque Triodos finance l’immobilier durable depuis 35 ans.

Vous avez un projet ?
Parlez-en à nos experts en Real Estate & Infrastructure via l’adresse e-mail credits@triodos.be ou par téléphone au 02 549 59 78.

Plus d’infos sur notre site

 

 

Que pensez-vous de "Un patrimoine industriel transformé en lofts écologiques"?

Veuillez écrire un commentaire.

Veuillez introduire votre nom.