Ce site utilise des cookies. En continuant à naviguer sur le site, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus sur l’utilisation des cookies.

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close

actualité triodos

Relever le défi de la banque responsable avec les Nations Unies

Les Principes des Nations Unies pour un secteur bancaire responsable sont lancés en novembre 2018.

Les Principes des Nations Unies pour un secteur bancaire responsable sont lancés en novembre 2018.

Il existe environ 25 000 banques dans le monde : dans quelle mesure font-elles preuve de responsabilité à l’heure actuelle ? En quoi leur conception de la responsabilité est-elle comparable à celle des personnes qui sont touchées par leurs décisions financières ? Si certaines marquent un progrès rapide dans la durabilité de leur impact, d’autres commencent tout juste à comprendre et à intégrer les concepts de durabilité environnementale ou d’objectifs sociaux.

Cependant, un récent rapport du GIEC donne au monde seulement 12 ans pour avoir une chance de limiter le changement climatique à 1,5oC, et d’importantes lacunes subsistent dans la concrétisation des objectifs de développement durable des Nations Unies d’ici 2030. Le rythme des changements au cours de la prochaine décennie est donc très important et les banques doivent commencer à jouer un rôle clé dans la transition vers un monde plus durable.

L’élan en faveur de ce changement dans le secteur bancaire se généralise. Les clients et les parties prenantes attendent des banques qu’elles contribuent à ce changement à l’échelle mondiale, exigeant des institutions financières véritablement viables qui font partie de la solution et non du problème.

Aujourd’hui, en 2018, il est particulièrement pertinent de discuter de la contribution du secteur financier à une économie durable. Dix ans après qu’elle soit survenue, les effets de la crise financière mondiale se font encore ressentir dans le monde entier. Au cours de la dernière décennie, le secteur bancaire s’est concentré sur la réglementation et la stabilisation des fonds propres. Il est maintenant temps de se concentrer sur la façon dont le secteur bancaire mondial peut contribuer de manière proactive à l’économie réelle et répondre à des besoins comme la transition vers une économie durable et inclusive.

 

Une initiative mondiale majeure pour accélérer le progrès

Nous observons un nombre croissant d’initiatives nationales, européennes et mondiales qui aident les banques à prendre davantage en compte la durabilité. Par exemple, le développement de méthodologies de mesure de l’empreinte carbone des portefeuilles de crédits et la croissance du réseau de banques basées sur des valeurs. De plus en plus de régulateurs et de politiciens exigent davantage de contrôle et de transparence sur les risques et les impacts environnementaux et sociaux.

Une initiative mondiale sera lancée pour le secteur bancaire à Paris le 26 novembre : les Principes des Nations Unies pour un secteur bancaire responsable. Ceux-ci ont été élaborés par l’Initiative financière pour l’environnement des Nations Unies (IF PNUE) – elle-même issue du Sommet de Rio il y a plus d’un quart de siècle – et 28 banques du monde entier, dont la Banque Triodos. Les Principes définissent ce que signifie être une banque responsable et visent à garantir que les banques créent de la valeur tant pour leurs actionnaires que pour la société. Ils fournissent un premier cadre mondial qui guide l’intégration de la durabilité dans tous les secteurs d’activité d’une banque, qu’il s’agisse de la stratégie, du portefeuille ou de la transaction.

 

Peter Blom, CEO de la Banque Triodos, explique dans cette vidéo l’importance des principes des Nations Unies et de la banque responsable.

 

En signant les Principes pour un secteur bancaire responsable, les banques s’engageront à être publiquement responsables de leurs impacts majeurs sur le plan social, environnemental et économique, qu’ils soient positifs ou négatifs.  Les banques acceptent de se fixer des objectifs publics pour s’attaquer à leurs principaux impacts négatifs et d’intensifier leurs impacts positifs afin de s’aligner et de contribuer au développement durable national et international, tels que les objectifs du développement durable ou l’Accord de Paris sur le climat.

En insistant sur la transparence, les clients, les investisseurs, les régulateurs et les autres parties prenantes seront témoins des progrès réalisés dans les domaines pertinents du développement. Par exemple, si et quand les portefeuilles et les activités des banques seront conformes à un scénario de 1,5 oC ou 2 oC en ce qui concerne le changement climatique. Il pourra également s’agir de l’atténuation des impacts négatifs – comme la réduction de l’exposition aux industries polluantes ou aux industries qui ont des conséquences sociales négatives. Seront choisis les sujets jugés les plus importants dans le contexte opérationnel de la banque en raison de l’engagement avec les parties prenantes, de sorte que toutes les cibles ne seront identiques. Mais la signature des Principes constituera un engagement sérieux : les banques qui ne respectent pas les exigences de transparence, ne se fixent pas d’objectifs adéquats et ne font pas la preuve de progrès seront radiées de la liste des signataires.

 

28 founding banks of Principles

L’inscription ne signifie pas que les banques seront automatiquement « pleinement responsables » dès le premier jour. Il y aura des différences majeures entre les points de départ des différentes banques, en termes de géographie, de modèle d’entreprise et de degré d’intégration de la durabilité au cœur de leurs activités. Loin d’être un point de référence statique, les principes doivent plutôt être vus comme une échelle à gravir, développant continuellement les ambitions de toutes les banques – dans une « marche collective vers le sommet » pour inspirer et gagner du terrain dans l’ensemble du secteur bancaire mondial. Les Principes établissent le chemin à parcourir pour devenir une banque responsable et fournissent des conseils pratiques sur la façon d’y parvenir.

 

Le rôle de la Banque Triodos

Alors pourquoi, en tant que l’une des banques les plus durables au monde, la Banque Triodos est-elle impliquée ? Compte tenu de l’ampleur des défis mondiaux auxquels nous sommes confrontés, nous croyons qu’une initiative mondiale telle que les Principes pour un secteur bancaire responsable des Nations Unies est importante pour un réel changement systémique. Nous considérons les Principes comme un catalyseur pour accélérer le cheminement du secteur financier vers un modèle d’affaires durable. Ce cheminement sera parfois difficile, mais l’alignement du secteur financier sur la durabilité est d’une importance cruciale pour un progrès commun. Après tout, chaque décision financière a un impact, et les Principes constituent une bonne feuille de route pour obtenir un impact plus positif.

Positive impact

A la Banque Triodos, notre mission depuis 40 ans est de faire en sorte que l’argent ait un impact positif sur le plan social, environnemental et culturel. En tant que point de référence pour le financement du changement, nous cherchons aussi à changer la finance. Bien que nous soyons fiers de l’impact direct des activités de nos clients, nous reconnaissons ne pas vivre pas dans une bulle et nous devons trouver des moyens de déclencher un changement systémique plus ample. Les pays n’ont pas la possibilité de choisir quel scénario climatique mondial s’appliquera à eux, et comme eux, les institutions financières doivent également reconnaître leurs efforts individuels dans le contexte d’une action collective. Des initiatives telles que les Principes pour un secteur bancaire responsable de l’ONU nous donnent ainsi l’occasion d’influencer le changement à un niveau plus large du système financier. Puisque nous voulons respecter les limites de la planète et relever les défis sociétaux, nous nous sentons appelés à nous engager avec le système bancaire dans son ensemble pour promouvoir un changement plus profond et plus rapide.

C’est pourquoi nous appelons les banques à souscrire aux Principes et à y adhérer, quel que soit leur point de départ. Plus il y aura de banques qui les adopteront, plus le secteur bancaire aura un impact sur la société pour l’aider à atteindre ses objectifs de développement durable, équitable et prospère. Personne ne devrait se reposer sur ses lauriers devant l’ampleur des changements qui s’imposent ici.

Trop d’argent dans le secteur bancaire continue d’affluer dans la mauvaise direction et doit être retourné. Pour tout changer, nous avons besoin de tout le monde – et le monde ne peut pas se payer le luxe d’attendre que cela advienne.

 

James Vaccaro est directeur de la stratégie de la Banque Triodos et représente la Banque Triodos au sein du groupe central des banques qui élaborent les Principes des Nations Unies pour un secteur bancaire responsable.

 

Consultation

Un total de 28 banques, dont la Banque Triodos et d’autres membres du United Nations Environment Programme Finance Initiative (UNEP FI) – ont développé une version provisoire des Principes. Ceux-ci entrent dans une période de consultation publique globale de 6 mois avant de pouvoir être signés par les banques du monde entier lors de la United Nations General Assembly qui se tient à New York en Septembre 2019. Les banques et les partenaires sont invités à fournir un retour et une contribution pour guider leur développements futurs et à signaler leur soutien en devenant Signataire des Principles for Responsible Banking

 

Que pensez-vous de "Relever le défi de la banque responsable avec les Nations Unies"?

Veuillez écrire un commentaire.

Veuillez introduire votre nom.