Ce site utilise des cookies. En continuant à naviguer sur le site, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus sur l’utilisation des cookies.

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close

Actualité Triodos

Réinsérer les personnes sans-abri à Bruxelles

Interview de la fondatrice d’Infirmiers de rue

Interview de la fondatrice d’Infirmiers de rue

L’ASBL Infirmiers de rue vient en aide aux sans-abris de longue durée, à Bruxelles, dans le but de les réinsérer dans la société. Émilie Meessen, l’une des deux fondatrices et actuelle coordinatrice de l’association, explique son travail sur le terrain.

Quels sont les objectifs d’Infirmiers de rue ?

Émilie Meessen : « Nous visons une réinsertion durable des sans-abris de longue durée à Bruxelles.  Nous sommes convaincus que tout le monde peut se sortir de la rue. Même les personnes les plus vulnérables, qui souffrent de problèmes de santé, de problèmes psychologiques ou qui sont confrontées à des difficultés d’ordre administratif. Pour atteindre cet objectif, nous maintenons une vision d’ensemble sur nos patients qui sont supervisés en permanence, d’abord dans la rue, puis jusqu’à ce qu’ils trouvent un foyer stable. En effet, nous avons constaté que l’amélioration de l’état de santé des patients ne peut pas être dissociée de leur installation dans un logement ».

Comment agissez-vous ?

« Notre équipe compte 16 collaborateurs. Nous agissons à deux niveaux : sur le terrain et par l’intermédiaire de notre réseau. Nos infirmières et infirmiers arpentent les rues à la rencontre de leurs patients. Au fil des rendez-vous, un lien se tisse et permet de reconnecter la personne d’abord à son corps et ensuite à la société. Parallèlement, nous passons des coups de téléphone et faisons fonctionner notre réseau pour aider cette personne à se réinsérer concrètement. Nous collaborons par exemple avec Inclusio, une société immobilière à finalité sociale.
C’est un travail de longue haleine : quand on vit dans la rue depuis longtemps, le corps arrête de signaler la douleur et les odeurs. Souvent, nous rencontrons des gens qui présentent des plaies béantes ou sont couverts de poux et qui ne semblent pas s’en apercevoir. Notre travail est d’aider ces personnes à reprendre contact avec elles-mêmes jusqu’à ce qu’elles puissent se projeter à nouveau dans le futur. »

Combien de personnes avez-vous aidées concrètement jusqu’à présent ?

« Infirmiers de rue s’occupe des personnes qui sont dans la rue depuis huit à vingt ans et dont le vécu est très difficile. Au cours de ces cinq dernières années, nous avons relogé septante-huit personnes qui, jusque-là, n’entrevoyaient aucune issue favorable à leurs problèmes. Notre défi est d’atteindre une situation de zéro sans-abris à Bruxelles. Être sans-abri n’est pas une identité, c’est une situation passagère à un moment précis. Forts de notre expérience sur le terrain, nous aidons, en outre, d’autres associations à mieux se former afin de prendre le relais à d’autres niveaux ou dans d’’autres villes. »

Être sans-abri n’est pas une identité, c’est une situation passagère à un moment précis. Avec Infirmiers de rue, nous transmettons de l’énergie positive. Nous nous focalisons sur ce qui fonctionne et sur les solutions.

Combien cela coûte-t-il de sortir une personne de la rue ?

« Reloger une personne coûte 630 EUR par mois. Cette somme comprend l’’encadrement, le suivi, l’assistance, les services sociaux et l’assistance médicale. C’est cher au début, mais les besoins de la personne relogée diminuent progressivement. Tout comme l’attention que celle-ci requiert. »

Comment allez-vous utiliser l’argent récolté grâce aux épargnants de la Banque Triodos ?

« Le montant récolté grâce aux épargnants de la Banque Triodos permettra à l’équipe de poursuivre son action auprès des personnes sans-abri les plus vulnérables et notamment, d’accomplir les démarches nécessaires :
–    à la réinscription de Monsieur B. dans le registre national ;
–    à la mise en œuvre de la cure et post cure de Monsieur C. et Monsieur S. ;
–    à l’obtention d’une carte d’identité pour Madame C. et Monsieur V. ;
–    à la dernière étape de stabilisation de 5 patients ayant retrouvé un logement ;
–    à la prise en charge médicale de Monsieur H. ;
–    au déménagement d’une autre personne dans un nouveau logement décent. »

Comment l’association contribue-t-elle à un changement positif dans la société en général ?

« Avec Infirmiers de rue, nous transmettons de l’énergie positive. Nous nous focalisons sur ce qui fonctionne et sur les solutions. Nous faisons confiance aux rêves de ces personnes. L’idéal étant qu’à terme, la société dans son ensemble puisse à son tour abandonner certains préjugés et changer de perspective. »

630 EUR par mois

Avec ce montant, l’asbl aide un sans-abri à sortir de la rue.

Epargnez et aidez un sans-abri à retrouver une situation digne.

Que pensez-vous de "Réinsérer les personnes sans-abri à Bruxelles"?

Veuillez écrire un commentaire.

Veuillez introduire votre nom.