Ce site utilise des cookies. En continuant à naviguer sur le site, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus sur l’utilisation des cookies.

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close

Dossier

Réduire l’empreinte écologique grâce à un design fonctionnel

Les dalles de moquette durables d'Interface

Les dalles de moquette durables d'Interface

Interface est leader mondial dans la conception et la production de dalles de moquette de grande qualité pour des applications résidentielles et commerciales. L’entreprise fabrique et distribue ses tapis modulaires à une échelle régionale, utilise le plus souvent des matériaux recyclés de haute qualité et veille à ce que ses produits aient une longue durée de vie.

Dans une industrie du tapis qui consomme en règle générale énormément d’énergie, Interface vise à ramener son empreinte écologique à zéro d’ici à 2020 par l’entremise de son programme Mission Zéro. D’ici là, l’entreprise veut également travailler à 100% avec des énergies renouvelables. La priorité stratégique accordée aux processus de production durables – des choix de matériaux innovants au transport écoefficient, en passant par des installations sans colle et des cycles de recyclage à haute valeur ajoutée – permet à Interface de continuellement réduire son impact sur l’environnement.

banner-TCOM-fr-3

Mission Zero

Ray Anderson, fondateur d’Interface, traça dès 1994 une vision durable pour son entreprise, après avoir pris conscience des problèmes environnementaux causés par l’industrie du tapis. La fabrication de tapis nécessite, en effet, beaucoup de pétrole, autant en raison des matériaux utilisés que de l’énergie nécessaire. Ray Anderson a compris que des changements positifs au sein d’entreprises mondiales comme Interface avaient le potentiel d’influencer le développement durable de l’ensemble de l’économie à long terme. « Si une entreprise grande consommatrice de pétrole comme la nôtre peut le faire, n’importe quelle entreprise le peut aussi. Autrement dit, tout le monde », expliquait-il lors d’une conférence TED en 2009. Avec Mission Zéro, Interface passe à l’action pour trouver un équilibre avec la nature au niveau international à l’horizon 2020. Objectif : avoir un impact et une empreinte nuls. Mieux même, Interface a l’ambition de parvenir à une situation où elle redonne davantage qu’elle ne prend à l’environnement et à la communauté. Mission Zéro a fixé des objectifs clairs dans sept domaines, dont l’élimination des déchets et des émissions nocives, l’optimisation du transport ou encore l’implication interne.

« Il faut clairement trouver une alternative tenable au système industriel ‘consommer/fabriquer/ jeter’ qui domine tellement notre civilisation. »

Ray Anderson, fondateur d’Interface, 2009

Recyclage en boucle fermée

Des analyses du cycle de vie moyen d’un tapis ont révélé que le plus gros impact environnemental avait lieu avant même le processus de production des tapis à l’usine – à savoir au niveau de l’exploitation et de la transformation des matières premières. La fabrication de nouveaux fils de nylon en particulier est très néfaste pour l’environnement. Interface s’efforce à présent d’améliorer ce processus sur différents points : la création de systèmes de recyclage en boucle fermée (par lesquels des anciens tapis sont recyclés en produits similaires) et la recherche d’alternatives biologiques aux fils de nylon. Dans le cadre de son programme Net-Works, Interface rachète des filets de pêche usagés dans de petits villages de pêcheurs et les recycle en fils pour ses dalles de moquette. Le design de ce type de tapis est d’ailleurs inspiré des mouvements chaotiques de l’océan. Ce faisant, Interface soutient non seulement le nettoyage des plages et océans, mais le projet assure également un salaire à des communautés précarisées. Bien que les objectifs de Mission Zéro semblaient très ambitieux en 1994, Interface en avait déjà réalisé un bon 70% à la fin 2014.

 

Le changement dans les entreprises mondials

Au centre de la vision de la Banque Triodos en matière d’investissements, il y a la conviction que les entreprises enregistrant le plus de succès sur le long terme sont celles qui parviennent à équilibrer au mieux leurs résultats financiers et leur rendement social et écologique. La Banque Triodos considère l’argent comme un moyen de réaliser des changements positifs, accélérant ainsi la transition vers une économie durable. Triodos Research a évalué Interface sur la base de différents critères de durabilité, dont la stratégie de l’entreprise et son impact environnemental. Interface satisfaisait à tous les critères pour figurer dans l’Univers d’investissement Triodos. En tant qu’investisseur soucieux du développement durable, vous contribuez ainsi à une économie où les bénéfices ne se font pas au détriment de la qualité de vie et de l’environnement.

Que pensez-vous de "Réduire l’empreinte écologique grâce à un design fonctionnel"?

Veuillez écrire un commentaire.

Veuillez introduire votre nom.