Ce site utilise des cookies. En continuant à naviguer sur le site, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus sur l’utilisation des cookies.

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close

Actualité Triodos

”Personne ne peut aider tout le monde, mais tout le monde peut aider quelqu’un.”

SOS Villages d’Enfants s’investit depuis des années pour les enfants en difficulté. Avec le programme de renforcement de la famille, c’est aussi aux mamans que s’adresse l’aide. Un coup de pouce aux mamans, est une aide  pour une famille, voire une génération, bref : pour l’avenir d’un pays. Entretien avec Hilde Boeykens, directrice de SOS Villages d’Enfants.

Quelle est l’ampleur d’une organisation telle que SOS Villages d’Enfants ?

Hilde B. Lorsque j’ai rejoint SOS Villages d’Enfants, c’était une ONG relativement inconnue en Belgique, qui s’appuyait surtout sur des réseaux personnels. Aujourd’hui, SOS Villages d’Enfants est une marque forte, avec des projets en Belgique et une dizaine d’autres à l’étranger. Cela n’est possible que grâce à des soutiens très nombreux.

Les fonds récoltés sont-ils si déterminants ?

Hilde B. Notre action est soutenue pour les trois-quarts par des particuliers, seul un quart vient des pouvoirs publics. Sans les dons, nous ne pourrions tout simplement pas   mener à bien nos projets.

Cette année, la Banque Triodos soutient votre programme de renforcement de la famille. En quoi consiste-t-il ?

Hilde B. À Kinshasa, il arrive souvent que des enfants se retrouvent livrés à eux-mêmes, parce que les parents sont décédés ou qu’ils délaissent leurs enfants. En renforçant les familles fragilisées et la communauté locale de manière durable, nous pouvons continuer à prendre soin de ces enfants dans leur environnement familier.
Sur le court terme, nous offrons aux familles un accès aux soins de santé, à une alimentation saine et à l’éducation. Sur le long terme, nous les aidons via un plan d’épargne et le financement des frais scolaires. Parallèlement, nous travaillons avec l’ensemble de la communauté à un meilleur climat social. Avec, par exemple, des formations sur les droits de l’Enfant ou la mise sur pied de mutualités locales.

“Ces femmes rayonnent la confiance, c’est impressionnant.”

Pourquoi SOS Villages d’Enfants met-elle l’accent sur les mamans ?

Hilde B. Les femmes jouent un rôle crucial. Ce sont souvent elles qui prennent soin des enfants. En soutenant des mamans, nous créons un effet boule de neige, tant vertical qu’horizontal. Horizontal, parce que les mères ont elles-mêmes une influence sur leur    environnement et que – une fois  autonomes – elles aident d’autres familles. Vertical, parce que les familles solides rendent les enfants solides, qui à leur tour pourront offrir à leurs enfants un foyer sain et aimant.
SOS Villages d’Enfants rapproche également les mères en difficulté. Lors de ma dernière visite à Kinshasa, j’ai rencontré ce type de femmes. Elles rayonnaient la confiance, c’était impressionnant.

Quelle influence l’action de SOS Villages d’Enfants a-t-elle en République démocratique du Congo ?

Hilde B. La RDC est un pays qui compte 75 millions d’habitants. Nous y avons trois plateformes SOS : à Kinshasa, à Bukavu et à Uvira. Nous n’atteignons qu’une part limitée de la population à travers ces projets, mais ils font réellement une différence.
Chaque enfant vaut la peine que l’on se démène pour lui offrir une croissance saine. Chaque famille qui, grâce à l’aide du programme, reste unie et forte est un résultat fantastique et une garantie pour un avenir meilleur. J’ai une devise – peinte sur le mur de mon bureau, qui exprime parfaitement cela : ”Nobody can help everybody, but everybody can help somebody” (personne ne peut aider tout le monde, mais tout le monde peut aider quelqu’un).

Soutenir une maman c’est soutenir sa famille

Cette année, nous soutenons le programme de renforcement de la famille. Un coup de pouce aux mamans, est une aide  pour une famille, voire une génération, bref : pour l’avenir d’un pays. Epargnez 1.000 EUR au minimum avant le 28 février 2015 et nous versons 10 EUR à SOS Villages d’Enfants. Participez à l’action maintenant.

Que pensez-vous de "”Personne ne peut aider tout le monde, mais tout le monde peut aider quelqu’un.”"?

Veuillez écrire un commentaire.

Veuillez introduire votre nom.