Ce site utilise des cookies. En continuant à naviguer sur le site, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus sur l’utilisation des cookies.

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close

actualité durable

Quelles sont les nouvelles start-ups de l’économie circulaire bruxelloise ?

Au dernier étage de l’espace Jacqmotte à Bruxelles se tenait début juin la 7ème finale de greenlab.brussels. Cet accélérateur pour start-ups durables, lancé dans le cadre du Plan Régional de l’Economie Circulaire (PREC) par hub.brussels a été suivi par 27 jeunes entrepreneurs choisis parmi près de 90 candidatures. Pendant 6 mois, des experts de différents secteurs mettent leurs idées à l’épreuve du risque, d’un business plan et de potentiels clients.

Au terme de la période d’accompagnement, les candidats sont en lice pour décrocher l’un des trois prix, dont le prix greenlab décerné par un jury composé de Pierre Buffet – Managing partner Pilot’PME, William Barrault – Senior Relationship Manager à la Banque Triodos, Jean-Marc Bryskère – Directeur greenbizz.brussels, et Claire Munck – CEO de BeAngels. En présence du Ministre Didier Gosuin et sous les applaudissements de plus de 100 personnes, ce sont les projets Enprobel, Senfinenco et Rawette qui ont fait mouche.

« Pour mûrir, les idées ont besoin de temps, de tests et de rencontres. C’est cet espace de maturation qu’offre le programme Greenlab. Pendant l’accompagnement, les candidats bénéficient d’un concentré de réflexion et de nombreuses recommandations si bien qu’à la fin, la moitié d’entre eux lance leur entreprise.»
William Barrault, Senior Relationship Manager à la Banque Triodos

 

Enprobel ou l’huile usagée à l’heure du zéro déchet
Le gagnant du prix greenlab.brussels est Enprobel, une filière de récupération des huiles usagées imaginée par Imad Mouakkat et Nahla El Mernissi. Au pays de la friture, les huiles usagées finissent souvent dans les sols et les canalisations où elles entravent l’épuration des eaux et polluent les terres. Pourtant, une fois traitées, elles peuvent être réutilisées.

Depuis sa création en octobre 2017, Enprobel a déjà récolté 150 tonnes d’huile usagée auprès de différents professionnels. Avec 3 kilos d’émission de CO2 évités par litre d’huile valorisée, le bilan se chiffre déjà à une économie de CO2 de 60 tonnes, en moins d’un an. Pour faire grimper ces chiffres, Enprobel s’associera à Bruxelles-Propreté à partir de septembre afin de tester le principe auprès des particuliers. Réduire la pollution, le coût de l’épuration des eaux et la consommation d’huile grâce au recyclage tout en créant des emplois comptent parmi les impacts environnementaux et sociaux positifs de ce projet.

 

Greenlab.brussels en quelques chiffres :

7 éditions
487 candidatures
8 à 15 projets retenus par édition
53% de création d’entreprises en moyenne au terme du programme


Senfinenco, la douche sans fin

En accompagnant les jeunes entrepreneurs et en décernant un des trois prix lors de la compétition finale, la Banque Triodos participe activement à greenlab.brussels.
Cette année, le prix Triodos a été décerné à la douche écologique Senfinenco imaginée par Delphine Struyf et Quentin de Witte. Le jury a apprécié la durabilité, le potentiel de réalisation et le caractère duplicable du projet.

En moyenne, un Belge consomme 100 litres par jour sous la douche. Senfinenco (qui signifie « sans fin » en Esperanto) est une douche transportable, démontable et stockable qui recycle l’eau en temps réel. La consommation est ainsi réduite à 10 litres, l’équivalent d’un seau d’eau. Senfinenco peut être une véritable solution pour réduire l’empreinte et la facture d’eau, notamment lors des festivals ou des événements sportifs.
Envie de prendre une bonne douche Senfinenco cet été ? Passez au festival Esperanzah du 3 au 5 août 2018 à Floreffe !

 

Les lactofermentations de Rawette sont au goût du public
Très connue sous la forme de choucroute ou de Kimchi, la lactofermentation remet au goût du jour une méthode de conservation ancestrale qui ne détruit pas les propriétés des aliments mais qui, à l’inverse, les renforcent. Lactofermentés, ils gagnent en vitamines et en antioxydants tout en améliorant notre équilibre bactériologique. De plus, à la différence de la surgélation, des coulis, des conserves ou des fumages, la lactofermentation conserve sans consommer d’énergie.

Lutte contre le gaspillage alimentaire, économie d’énergie et apports de nutriments sont quelques-unes des recettes de Rawette, un projet de Géraldine Porter qui a reçu le prix du public.

 

« Aujourd’hui, de nombreuses personnes désirent changer les choses à leur niveau et se sentir pleinement investies dans leurs valeurs. Se lancer comme entrepreneur durable est une véritable école de la vie et une manière de faire bouger les lignes. »
William Barrault, Senior Relationship Manager à la Banque Triodos

 

 

Pourquoi pas vous ?
Pour en apprendre plus sur l’économie circulaire, lisez notre dossier et découvrez pourquoi et comment Triodos s’y implique.

Et si vous avez un projet en économie circulaire, l’appel à candidatures pour la 8ème édition de greenlab.brussels sera lancé le 1er octobre, et le programme se déroulera de janvier à juin 2019 ! Retrouvez toutes les informations nécessaire sur le site greenlab.brussels ainsi que sur les réseaux sociaux !

 

 

Que pensez-vous de "Quelles sont les nouvelles start-ups de l’économie circulaire bruxelloise ?"?

Veuillez écrire un commentaire.

Veuillez introduire votre nom.

Davin Il y a 1 semaine

Très, très intéressant !