Ce site utilise des cookies. En continuant à naviguer sur le site, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus sur l’utilisation des cookies.

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close

Dossier

La santé pour tous

Les maisons médicales sont de plus en plus populaires

Les maisons médicales sont de plus en plus populaires

Plus de 237.000 Belges se font soigner dans une maison médicale. Accessibles, proches et gratuites, les maisons médicales sont de plus en plus populaires. La preuve : leur nombre a doublé chez nous depuis 2000.

Une maison médicale est un centre médical multidisciplinaire qui fonctionne avec un système de forfait. “Concrètement, nous passons un contrat avec les patients qui s’affilient”, explique Gert Devolder, coordinateur des centres de santé de quartier ’t Spoor et Zuidrand à Anvers. “Pour chaque patient affilié, nous percevons un montant mensuel de la part de sa mutualité. Les patients ne doivent donc rien payer quand ils viennent en consultation.”

Pour tous les résidents

 

L’argent reçu par les centres est destiné à trois types de soins : médecine générale, soins infirmiers et kinésithérapie. Beaucoup de maisons médicales vont parfois plus loin, mais doivent alors envisager d’autres manières de se financer. Elles peuvent par exemple proposer un psychologue, un diététicien, un dentiste ou encore un travailleur social, et se consacrer à la promotion de la santé. Seules les personnes vivant à proximité du centre, dans une zone géographique bien délimitée, peuvent s’inscrire. “On entend souvent dire qu’une maison médicale est destinée aux personnes en difficulté financière, mais ce n’est pas exact”, précise Gert Devolder. “Nous nous adressons à tous les habitants du quartier, bien que nous remarquions, dans la pratique, qu’il est plus difficile de faire venir des jeunes ménages avec deux salaires que des personnes défavorisées.”

” Les maisons médicales ne sont pas uniquement destinées aux personnes en difficulté financière, mais à tous les habitants d’un quartier.”

Gert Devolder, coordinateur des maisons médicales Zuidrand et ’t Spoor à Anvers

Une tendance qui se répand

 

Notre spécialiste crédits des maisons médicales Jan Depoortere, qui suit ce secteur depuis un certain temps, souligne une certaine tendance: “les maisons médicales deviennent populaires dans toutes les couches de la population. C’est comme pour les magasins de seconde main : on n’est plus gêné d’y être vu.”

“La maison médicale Zuidrand existe depuis deux ans et nous comptons déjà 1650 patients, alors que nous en tablions 600 à ce stade. Notre bâtiment est devenu trop petit”, affirme même Gert Devolder. “Nous avons donc acheté un immeuble plus grand grâce à un crédit de la Banque Triodos.”

Un centre sur trois est client à la Banque Triodos

 

Un tiers des maisons médicales belges est client à la Banque Triodos, que ce soit pour y placer son épargne ou pour un crédit. Pour Jan Depoortere, il s’agit pour la Banque Triodos d’une part de marché considérable, qu’elle veut davantage développer. Il explique : “au total, nous octroyons actuellement pour 13 millions d’euros de crédits au secteur des maisons médicales. Il s’agit principalement de financements pour le démarrage ou de type immobilier.”

“En tant que banque durable, nous adhérons aux valeurs défendues par les maisons médicales, qui proposent des soins accessibles à tout le monde. Les consultations sont gratuites et, du fait de leur caractère pluraliste, personne n’est exclu. Elles font aussi beaucoup de prévention : promotion du sport, lutte anti-tabac, etc. Et puis, il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’associations sans but lucratif. Les bénéfices sont donc réinvestis dans leurs activités.”

 

Texte et photos : Lisa Develtere

Croissance rapide

La croissance des centres de santé de quartier est frappante. En 2000, il y avait en Wallonie et à Bruxelles 56 centres. Il y en a désormais 100. Moins connus en Flandre au départ, on en trouvait seulement 9 en 2000. Depuis lors, on en dénombre déjà 26. Étant donné ce succès, les centres sont devenus trop petits pour accueillir tous les patients. Pour se développer, nombreux se lancent donc dans des projets immobiliers, tandis que d’autres centres voient le jour.

Cliquez ici pour voir les centres que la Banque Triodos finance.

Que pensez-vous de "La santé pour tous"?

Veuillez écrire un commentaire.

Veuillez introduire votre nom.