Ce site utilise des cookies. En continuant à naviguer sur le site, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus sur l’utilisation des cookies.

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close

Rencontre

La petite résistance de Tine Hens

En voyage à travers une Europe de la nouvelle économie

En voyage à travers une Europe de la nouvelle économie

Texte: Bruno Iserbyt

À Gand, The Assembly of the Commons (L’Assemblée des communs) est un événement mensuel qui s’adresse à tous ceux qui sont actifs dans l’économie peer-to-peer ou collaborative. Le mardi 12tinehens avril, une trentaine de participants se sont retrouvés dans l’agence gantoise de la Banque Triodos pour une rencontre avec Tine Hens. Dans son livre “Het Klein Verzet” (“La petite résistance”), Tine nous emmène en voyage à travers une Europe post-capitaliste.
Elle y fait le récit d’hommes et de femmes à la recherche d’une économie différente et retrace l’histoire de héros modestes, qui changent le monde par petits bouts.

Nous nous rendons d’abord en Finlande, où les écoles ont abandonné le système de notation classique. La mission : faire des Finlandais des citoyens émancipés. En Autriche et en Allemagne également, le système pédagogique a été réformé et accorde désormais une place toujours plus importante à la durabilité dans les écoles. C’est, en effet, sur les bancs de l’école que naissent l’émancipation et le sens critique des citoyens.

Que se passe-t-il lorsqu’on renonce à prendre la croissance pour référence absolue ? Et quel critère de référence peut-on lui substituer ? Et si nous décidions tous ensemble que nous ne sommes pas définis par l’économie, mais que nous sommes nous-mêmes l’économie ?

Un début de réponse peut être trouvé dans le village en transition Totnes (Royaume-Uni) où la gestion des commons (biens communs) via des monnaies locales a provoqué une véritable révolution. Nous nous rendons également à Hambourg, où la ville joue les facilitateurs. La municipalité a décidé de revaloriser un bunker de 30 mètres de haut, chancre urbain bien connu, et d’en faire un lieu de rencontre qui accueille des marchés gratuits, un restaurant de quartier doublé d’une ferme urbaine et un réseau de chaleur. Un choix politique audacieux s’il en est : les promoteurs immobiliers se bousculaient au portillon dans l’espoir d’un profit purement financier. Et si les politiques ne suivent pas, et bien, il suffit d’en changer : à Barcelone, les Indignés ont livré l’actuelle bourgmestre. Les restaurants collaboratifs, les monnaies locales, les boutiques de seconde main ou gratuites investissent dans toute la ville des agences bancaires en faillite. Ils y donnent tous un avant-goût de ce que pourrait être le monde après le capitalisme.

Au terme d’un débat animé, les participants ont poursuivi leurs échanges un verre à la main. Encore une soirée réussie. Comme souvent, les absents ont eu tort…

 

Het Kleine Verzet (La petite résistance) de Tine Hens est paru chez EPO
isbn: 9789462670044 · 2015, 3de druk · paperback (15 x 22,5 cm) – 292p.

Assembly of the Commons : pour l’instant, nous n’avons pas trouvé un équivalent francophone en Belgique. Si vous connaissez une telle initiative ou en faites partie, veuillez le nous signaler dans les commentaires. Nous vous invitons également à visiter les pages de l’Assemblée des communs à Toulouse, pour plus d’informations en français http://assembleedescommuns.org/ .

 

Que pensez-vous de "La petite résistance de Tine Hens"?

Veuillez écrire un commentaire.

Veuillez introduire votre nom.