Ce site utilise des cookies. En continuant à naviguer sur le site, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus sur l’utilisation des cookies.

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close

actualité durable

Le patrimoine immobilier en mouvement

Hal 5, projet pour et par la communauté

Hal 5, projet pour et par la communauté

2018 est l’Année européenne du patrimoine culturel. La Banque Triodos applaudit cette initiative car le patrimoine culture a bien plus à offrir que la seule étude historique ou qu’une expérience esthétique fugace.
Lorsque nous observons le patrimoine immobilier qui nous entoure, nous remarquons qu’il ne s’agit pas que d’un ensemble de briques, mais qu’il peut-être un véritable moteur de la prospérité économique, culturelle et écologique des collectivités. Un exemple par excellence est Hal 5, un projet pour et par les habitants de Louvain.

Les communautés comme moteur

Les initiatives des communautés pullulent. Au Royaume-Uni, ces “commons” existent depuis bien plus longtemps. Il n’est pas rare d’y voir les membres d’une communauté s’occuper ensemble d’un monument. Les caractéristiques du patrimoine culturel, c’est qu’il appartient à tout le monde alors qu’il n’appartient à personne.
Le Hal 5 est un monument protégé d’un quartier résidentiel de Louvain. Ce hall industriel était autrefois un atelier et entrepôt de réparation des chemins de fer.

Le bâtiment a une destination citoyenne mais il est vide depuis des années. Afin de le rendre à nouveau utilisable, une rénovation en profondeur était nécessaire. Quelques habitants du quartier ont convaincu la ville d’opter pour un usage temporaire à l’essai avant sa réaffectation définitive. Après quelques travaux de préservation indispensables, la ville de Louvain a effectué un appel à projet pour l’affectation temporaire des halls pour une période de 5 ans. Plusieurs habitants du quartier et d’organisations locales ont mis sur pied en collaboration avec Miss Miyagi, l’asbl Hal5 et ont introduit un projet.

Michiel Van Balen : « Nous avons établi un plan autour de quatre thèmes principaux : l’alimentation, le mouvement citoyen, la mobilité et l’entreprise durable. Miss Miyagi est un bureau de gestion de projets spécialisé dans le développement de nouvelles formes d’habitat, de travail et de vie dans la ville, directement développé pour et par les utilisateurs finaux. Ce fut très important pour nous d’impliquer le voisinage, l’ancrage était le premier point à l’ordre du jour, car le bâtiment se trouvait en plein quartier résidentiel. Mon propre jardin donne dessus. »

Plusieurs organisations des secteurs les plus divers sont impliquées dans le projet. « Deux associations de quartier travaillent avec les jeunes fragilisés et le mouvement citoyen. Pour le volet ‘mobilité’, nous avons notamment fait appel à une association de parcours qui donne 32 heures de formation par semaine. Il s’agit de cours de motricité pour les tout-petits, d’un espace de motricité alternatif et de collaborations avec les écoles. »

Le volet ‘alimentation’ est également représenté par divers entrepreneurs et organisations. Outre la boulangerie en circuit court et la torréfaction du café, Hal 5 héberge également un épicier social avec un système de prix différenciés : tous les produits vendus affichent deux prix. Sur l’étiquette, on peut littéralement lire : ‘0,8 € ou 1 €’. Les personnes en difficultés financières paient un prix moins élevé. Il y a également un bar, quelques stands de nourriture et des espaces pour événements. Et les principaux locataires sont également membres de l’asbl Hal5.

Le projet est complètement autonome. La seule aide dont il bénéficie est une contribution de la ville de Louvain afin de pouvoir proposer les espaces événementiels meilleurs marché pour les associations locales. Le projet a nécessité 400.000 euros, dont la moitié financé par l’asbl Hal5 par le biais d’un prêt des autorités flamandes (avec un maximum de 200.000 euros).

Le projet a connu un succès aussi inattendu que fulgurant. L’autre moitié a été financée par un crédit auprès de la Banque Triodos. Michiel Van Balen : « Nous exploitons le bâtiment pour cinq ans, la ville de Louvain reste propriétaire. L’objectif est de rembourser sur ces cinq années notre prêt auprès de la Banque Triodos et auprès des crowdfunders. Hal 5 était un monument vide. À présent, quiconque en a envie peut l’utiliser. Cela ne coûte rien à la société, que du contraire, elle en retire énormément. »

Pour savoir plus sur le potentiel économique, écologique et sociétal de notre patrimoine immobilier, lisez la prochaine édition du magazine La Couleur de l’Argent, qui paraîtra fin février, ou suivez les articles sur ce blog.

 

Vous êtes investisseur immobilier ou membre d’une communauté organisée avec des projets pour votre patrimoine culturel local ? Parlez-en à nos experts en Real Estate & Infrastructure via l’adresse e-mail credits@triodos.be ou par téléphone au 02 549 59 78.

 

Que pensez-vous de "Le patrimoine immobilier en mouvement"?

Veuillez écrire un commentaire.

Veuillez introduire votre nom.