Ce site utilise des cookies. En continuant à naviguer sur le site, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus sur l’utilisation des cookies.

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close

Rencontre

Faire plus pour les soins aux personnes âgées

Le point de vue du Ministre wallon de la Santé

Le point de vue du Ministre wallon de la Santé

Ce n’est un secret pour personne : alors que la population vieillit, l’offre de soins pour les personnes âgées peine à suivre la demande. Comment remédier à cette situation ? Rencontre avec Maxime Prévot, vice-président et Ministre du gouvernement wallon en charge de la santé et de l’action sociale. 

Comment évaluez-vous l’offre actuelle de soins pour les personnes âgées ?

Maxime Prévot : « La prise en charge des personnes âgées est l’un des plus grands défis sociétaux de demain. D’après les prévisions du KCE, dès 2025, le nombre d’octogénaires et de malades chroniques va exploser. Or, tous partis confondus, les pouvoirs publics ne s’y sont pas assez préparés. Résultat : l’offre actuelle est insuffisante, tant au niveau du maintien à domicile que de l’accueil institutionnel. »

Comment espérez-vous faire évoluer et étoffer l’offre d’ici 2030 ?

MP : « Chacun doit pouvoir choisir où et comment il souhaite vivre ses vieux jours. Notre rôle est de pouvoir répondre, dans la mesure du possible, aux différentes demandes et aux besoins des citoyens. D’abord, il faut renforcer les soins de première ligne, indispensables au maintien à domicile. En Wallonie, j’ai mis en place l’“assurance Autonomie” qui entrera en vigueur le 1er janvier 2017. En cas de perte d’autonomie, quel que soit votre âge, cette cotisation sociale obligatoire vous permettra de bénéficier de services supplémentaires d’aides à domicile.
Le budget en matière de santé étant limité, il faut également oser faire preuve de créativité et soutenir les solutions alternatives : l’accueil de jour, les logements groupés, la cohabitation intergénérationnelle, etc.
Enfin, nous travaillons à un mécanisme qui rendrait accessible au plus grand nombre l’accès aux maisons de repos. Il n’y en a pas assez et les places sont souvent (très) chères… »

Justement, le secteur financier privé (banques, investisseurs, etc.) pourrait-il jouer un rôle dans ces différents projets ?

MP : « En tant que représentant de l’État, je dois assurer la mixité sociale dans les maisons de repos, garantir la qualité des soins partout et répartir au mieux les cas les plus lourds entre les différentes institutions. Tant que ces objectifs sont rencontrés, je suis ouvert à la discussion avec le secteur privé. Il faut pouvoir en parler avec pragmatisme, sans tabou ni a priori… sans pour autant dérouler le tapis rouge à une privatisation de tout le secteur ! »

Avec quels autres ministères et niveaux de pouvoir collaborez-vous ?

MP : « Je collabore étroitement avec mon collègue en charge du Logement, notamment pour développer des formules comme les habitations intergénérationnelles. Depuis la 6e réforme de l’État, plusieurs compétences ont été transférées aux Régions, mais d’autres, comme le financement des hôpitaux, relèvent du fédéral. Raison pour laquelle mon cabinet est en contact régulier avec le SPF santé et Maggie De Block. La prise en charge de nos aînés est cruciale et mérite que nous travaillons ensemble pour l’améliorer. »

Que pensez-vous de "Faire plus pour les soins aux personnes âgées"?

Veuillez écrire un commentaire.

Veuillez introduire votre nom.