Ce site utilise des cookies. En continuant à naviguer sur le site, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus sur l’utilisation des cookies.

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close

Dossier

Des parents bâtissent un centre pour autistes

Trop peu d’accueil pour adultes lourdement handicapés

Trop peu d’accueil pour adultes lourdement handicapés

Après avoir longtemps cherché, en vain, un accueil de nuit pour sa fille autiste, François-Xavier Ullens a décidé de prendre lui-même les choses en main. Il a fondé avec d’autres parents une association ayant pour objectif de créer un centre d’accueil spécial pour autistes adultes, à Bruxelles. L’année dernière, la Coupole bruxelloise de l’Autisme a ouvert un centre de jour et un centre de nuit, qui peuvent accueillir 15 personnes chacun.

« Lorsque nous étions à la recherche d’un accueil de nuit pour notre fille, nous avons certainement visité 20 centres. Soit on nous disait qu’il y avait une longue liste d’attente, soit que les adultes avec une forme sévère d’autisme n’étaient pas admis », se souvient M. Ullens. « Dans la Région de Bruxelles, 240 adultes avec un handicap lourd attendent de l’aide. Pour les parents, c’est invivable. Nous avons décidé avec notre association de construire un centre de jour et un centre de nuit », raconte M. Ullens, qui travaille comme bénévole pour l’association.

La commune de Jette a mis à la disposition de l’asbl deux terrains dans la même rue, au prix symbolique d’1 euro par an. Comme la Commission communautaire française (COCOF) n’avait pas les moyens de financer en une fois la construction, l’asbl a cherché une banque susceptible de lui prêter la somme nécessaire, par appel d’offres publics. « C’est ainsi que nous sommes arrivés à la Banque Triodos, qui nous a prêté plus de 2 millions d’euros. La COCOF rembourse ce prêt sur une période de vingt ans et prend en charge nos moyens de fonctionnement. De notre côté, nous avons réuni 1 million d’euros pour la construction et l’aménagement. Nous voulions une construction passive, pour des raisons éthiques mais aussi pour réduire nos coûts d’exploitation. Il est en outre plus facile de trouver des sponsors pour des panneaux solaires que pour payer une facture d’électricité mensuelle. »

En mai 2014, le centre de nuit Condorcet et le centre de jour Estreda ont officiellement ouvert leurs portes. Condorcet compte trois unités de logement identiques, chacune avec cinq chambres à coucher. Les bâtiments sont conçus de manière aussi tranquillisante que possible. Partout, on utilise des images plutôt que des mots pour que les résidents comprennent mieux les règles. Le centre de jour essaie d’organiser de nombreuses activités en plein air. « Les habitants vont chaque semaine à la piscine, ils font de petites courses, ils vont se promener dans le parc », explique la directrice Isabelle Vanderstock. « Depuis peu, nous avons organisé un projet, baptisé « Permis STIB », dans le cadre duquel nos résidents apprennent à connaître les transports en commun et comment s’y comporter. »

Au moment de la sélection de ses résidents, le principe de la Coupole bruxelloise de l’Autisme a été de choisir les personnes les plus lourdement handicapées, parce qu’elles ont le plus de mal à trouver une place ailleurs. « Chaque résident suit un programme strictement personnel », précise Mme Vanderstock. « Certains ont pu tout de suite passer 7 jours sur 7 dans le centre de nuit et dans le centre de jour, mais pour d’autres la transition a dû se faire très progressivement. »

Le centre de jour a été délibérément installé dans un autre bâtiment. « Le matin, les résidents se rendent au centre de jour. Ils peuvent y faire des activités productives. Autrement dit, des choses positives qui les motivent, comme couper les légumes pour la soupe », dit M. Ullens. « Même les personnes lourdement handicapées doivent avoir la plus grande autonomie possible. »

La Banque Triodos finance le changement durable

La Banque Triodos est la seule banque qui se focalise, dans toutes ses activités, sur la durabilité et la transparence.
Par conséquent, nous ne finançons que des organisations et sociétés qui entreprennent dans le respect des personnes et de l’environnement, avec des projets dans les énergies renouvelables, les soins de qualité, l’immobilier durable, la culture ou l’économie sociale.

Découvrez notre expertise dans votre secteur

Que pensez-vous de "Des parents bâtissent un centre pour autistes"?

Veuillez écrire un commentaire.

Veuillez introduire votre nom.

KAMTE Il y a 2 années

Un grand espoir, un rêve que les personnes avec autisme puisse se trouver dans un espace agréable.