Ce site utilise des cookies. En continuant à naviguer sur le site, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus sur l’utilisation des cookies.

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close

Innovation

Un lieu qui décloisonne l’univers du handicap

Aller au-delà des différences, avec l'Essentiel

Aller au-delà des différences, avec l'Essentiel

À Lasne, une ancienne maison de repos a été reconvertie en résidence d’accueil pour personnes handicapées adultes. Baptisé l’Essentiel, ce projet impressionnant se caractérise par une volonté de décloisonner très largement l’univers du handicap.

« Bienvenue ! » Le visage fendu d’un large sourire, Jason nous accueille dans la cuisine de l’Essentiel. Il y donne un coup de main « pour un peu tout », explique-t-il. C’est que préparer les repas quotidiens de ses 27 camarades résidents du centre et de la vingtaine d’éducateurs qui les accompagnent demande une organisation sans faille.

Dans la salle voisine règne un joyeux brouhaha. « Cette pièce est le coeur du bâtiment, c’est ici que tout se vit », souligne, enthousiaste, notre guide Dominique Hermans. Membre du comité de direction de l’ASBL, ce dernier se charge de lever une partie des fonds qui permettent à l’association de conserver l’encadrement et les activités offertes aux personnes handicapées adultes qui demeurent ici. Et celles-ci ne manquent pas : judo, cyclodanse (de la danse en chaise roulante), musique, arts plastiques, parcours de stimulation sensorielle, hippothérapie, jardinage, classe pédagogique pour apprendre à communiquer, atelier « looking » pour apprendre à prendre soin de soi… La palette proposée est particulièrement riche.

Échange et convivialité

Mais « tout se fait au rythme des résidents », insiste Julie Bodenghien, l’une des deux cheffes éducatrices. « Nous travaillons sur base d’un schéma individualisé établi pour quatre mois avec chacun d’entre eux », précise-t-elle en montrant le tableau où s’affichent les programmes du jour. Chaque pensionnaire peut ainsi se tourner vers un éducateur référent, lui-même spécialisé dans un registre d’activité particulier.

 

« L’équipe éducative doit s’ajuster en permanence à l’évolution des résidents, en s’attachant aux points faibles et aux points forts de chacun pour les rendre acteurs de leur projet de vie. »

Vincent Rousseau, le directeur administratif et financier de l’ASBL « L’Essentiel »

 

La grande pièce est lumineuse et sert aussi bien de salle à manger que de salle de jeu, ce qui illustre bien la philosophie des lieux : priorité à l’échange et la convivialité. Au fond de cette pièce, une table de ping-pong est assaillie par un groupe de jeunes garçons et de jeunes filles qui se livrent à des parties acharnées. « Ce sont des jobistes qui ont été accompagnés par certains de nos résidents pendant quinze jours. Ils ont réalisé ensemble divers travaux dans le cadre de l’opération “Été solidaire” de la commune de Lasne », commente Julie Bodenghien. Une initiative couronnée de succès.

Deux autres pensionnaires donnent régulièrement un coup de main à l’équipe de la crèche des “Petits tambours”, installée dans une aile du bâtiment. Un tiers des places y sont réservées à des enfants moins valides. Un autre pensionnaire aide aussi à la surveillance dans la petite école voisine.

Une mixité à multiples facettes

L’Essentiel a été inauguré en février 2013 comme l’aboutissement d’un projet imaginé par le Dr Michel Englebert. « Papa d’un jeune garçon infirme moteur cérébral, il s’est trouvé face au questionnement qui hante la plupart des parents d’enfants handicapés : vu le manque de places d’accueil, comment garantir leur bien-être sur le long terme ? À force de persévérance, il est parvenu à réunir autour de lui un groupe de personnes sensibles à ces questions », raconte Vincent Rousseau, le directeur administratif et financier de l’association.

« Ce projet tel que l’a voulu son fondateur est très intéressant dans sa dimension humaniste car il visait dès sa conception une mixité à plusieurs dimensions. La mixité de genres puisque nous accueillons des hommes et des femmes, la mixité générationnelle – les résidents sont âgés de 18 à 63 ans -, la mixité des handicaps en présence et la mixité sociale. » Une belle ambition qui n’est pas sans poser certaines difficultés, comme l’observe Vincent Rousseau, car il n’est pas simple de mettre en oeuvre un accompagnement individualisé pour 28 personnalités aussi différentes.

« Nous sommes encore en phase d’apprentissage », reconnaît-il, soulignant que l’objectif est aussi de faire progressivement de l’Essentiel un centre de jour dont les activités seront accessibles à des pensionnaires extérieurs.

Plus d’infos sur WWW.ASBLESSENTIEL.BE

 

TRANSFORMATION EN PROFONDEUR

Implantée sur un terrain d’un hectare à Lasne, l’ancienne maison de repos des Aumôniers du travail de Charleroi a subi un sérieux lifting pour satisfaire aux normes d’accueil de personnes handicapées. Quelque 6,5 millions d’euros ont été investis dans ce projet. Un montant financé par du mécénat sous forme de dons ou de prêts, par des apports extérieurs et par la Banque Triodos. Reconnue par l’Agence wallonne pour l’intégration de la personne handicapée (Awiph), « l’Essentiel » n’est pas subventionnée par cette dernière, mais bénéficie d’aides à l’emploi et d’un généreux subside de la Province du Brabant wallon. L’institution compte 28 chambres individuelles et deux chambres de « halterépit », mises à disposition de familles extérieures pour de courts séjours.

 

Que pensez-vous de "Un lieu qui décloisonne l’univers du handicap"?

Veuillez écrire un commentaire.

Veuillez introduire votre nom.

Triodos Bank HO Il y a 3 années

Dit is een test-comment.

Katherine Il y a 2 années

That kind of thikning shows you’re an expert